Pour un Fully connecté aux transports publics

L’accès aux transports publics depuis Fully n’est pas toujours simple et les couvertures horaires sont, notamment en soirée, très partielles. Notre commune ne bénéficie d’aucun accès direct à la gare de « Charrat-Fully » qui se trouve en réalité bien plus proche de Charrat que de Fully.

Pourtant, nombreuses et nombreux sont les habitant·e·s qui utilisent chaque jour les transports publics pour se rendre sur leur lieu d’étude, de travail ou de divertissement. Actuellement, il faut soit prendre le bus postal pour se rendre à la gare CFF de Martigny, soit se rendre en voiture, à vélo ou à pied à la gare de « Charrat-Fully ».

La ligne de bus postal selon les horaires ne part ou ne s’arrête qu’à l’arrêt « Fully Poste », ce qui prétérite les habitant·e·s des villages de Châtaignier, Saxé et Mazembroz. On peut également s’étonner que le dernier bus postal pour une commune de plus de 9000 habitants soit programmé en semaine à 20h20 et le vendredi et le samedi à 21h20.

Si Fully souhaite contribuer à un avenir plus propre et durable et encourager l’utilisation des transports en commun, cela implique de favoriser leur accès et de les développer.

Tout d’abord, nous pourrions imaginer une ligne de navettes fonctionnant aux heures de pointe (matin, midi, soir). Celle-ci transporterait les passager·ère·s d’un emplacement défini par village à la gare de « Fully-Charrat » et inversement. Cette solution mettrait un terme au ballet des « taxis particuliers » conduits par les proches des usagers du train et à la préoccupation de trouver une place au « parc and rail » pour celles et ceux qui se déplacent avec leur propre véhicule.

Une deuxième solution serait de renforcer et de valoriser les structures existantes pour favoriser la mobilité douce jusqu’à la gare de « Charrat-Fully ». Aujourd’hui les piéton·ne·s peuvent déjà emprunter un trottoir bien aménagé sur le parcours longeant la route cantonale entre Fully et Charrat. Il existe toutefois encore des zones à sécuriser ; il serait aussi nécessaire d’envisager le marquage d’un ou deux passages piétons de manière à éviter les accidents.  L’installation d’une piste cyclable entre le Petit-Pont et la gare favoriserait également la bonne cohabitation vélos-autos et une meilleure sécurité pour les cyclistes. Et afin d’éviter les vols de vélos, l’installation de parcs à vélos sur le modèle de ceux installés en gare de Martigny serait à mettre en place ; au besoin une caméra de surveillance pourrait aussi dissuader les voleurs.

En complément de ces développements et pour réduire le trafic, on pourrait aussi imaginer une plateforme numérique communale pour le covoiturage.

Enfin, nous pouvons espérer que Fully valorise son lien avec la gare ferroviaire qui porte tout de même en partie son nom. Des solutions dans ce sens existent et permettraient d’encourager la mobilité douce et l’utilisation des transports publics. M’engager pour faire avancer ce dossier important du développement fuillérain sera l’une de mes priorités.

Publié dans Forum | Laisser un commentaire

Et la jeunesse ?

La démocratie…  un système politique qui donne la parole aux citoyen·ne·s d’une commune, d’un canton, d’un pays. Dans notre commune, le droit de vote est réservé aux personnes qui ont 18 ans révolu et qui sont de nationalité suisse. On prétend que tout le monde a droit à la parole, mais en réalité ce droit est réservé à celles et ceux qui appartiennent à ce groupe. Or dans une commune, il serait intéressant que l’ensemble des citoyens et des citoyennes puissent s’exprimer.

Dans une commune tournée vers l’avenir, cultivant le goût des produits du terroir, sachant maintenir ses traditions et ayant un sens de l’accueil, l’engagement des citoyennes et des citoyens au développement de Fully est une énergie à favoriser et encourager. Et cela passe aussi par l’implication des jeunes dans le processus politique. En effet, plusieurs études montrent que lorsqu’une personne atteint sa majorité et se met à voter régulièrement les premières années, celle-ci continuera à voter plus tard. Comme le révèle une étude de VOTO[1], les jeunes atteignent difficilement la barre des 25-30% de participation lors de votations. La jeunesse semble également sélectionner les objets de votation selon trois critères : la simplicité, l’importance et ceux qui les concernent plus directement.

Dès lors, nous pourrions mettre en place des mesures simples pour motiver et intéresser les jeunes aux enjeux politiques. Notre commune a déjà commencé ce travail en abonnant par exemple les jeunes adultes à la rubrique de « Easy vote », application qui explique les objets de manière claire.

Nous pouvons en faire encore davantage :

  • Impliquer les jeunes sur les projets qui les concernent comme cela s’est déjà fait avec l’aménagement de la place du petit Pont et mettre en avant leur co-participation,
  • Organiser des petits débats entre jeunes sur des thèmes qui les préoccupent avec l’aide de l’ASOFY par exemple,
  • Inviter les jeunes adultes à participer au dépouillement à la commune,
  • Proposer d’assister à une séance du Conseil Général pour les intéressé·e·s
  • Ouvrir une boîte aux lettres à idées dans les écoles,
  • Présenter quelqu’une de ses possibilités ou un projet qui a impliqué des jeunes lors de la cérémonie d’accès à la majorité,

Toutes ces mesures restent relativement faciles à mettre en œuvre et pourraient concerner pour la plupart l’ensemble de la jeunesse et pas uniquement les jeunes ayant déjà atteints leur majorité ou de nationalité suisse. Elles permettraient de valoriser le fait de pouvoir participer au développement de sa commune, de s’exprimer dans les urnes, et de les intéresser à la chose publique et ainsi d’assurer la relève dans un système de milice qui nous est si cher. Pour atteindre cet objectif, une éducation citoyenne devrait se construire bien avant la majorité. Mais sur ce point, c’est le département de l’instruction publique qui pourrait avoir une carte à jouer.

Je souhaite m’engager pour que les jeunes soient davantage intégré·e·s dans les projets de notre commune et que leur voix soit entendue, convaincu que les avis de toutes les générations comptent.


[1] Participation des jeunes adultes : https://www.fspj.ch/blog/participation-politique-des-jeunes/comportement-selectif-des-jeunes-adultes-aux-urnes/

Publié dans Forum | Laisser un commentaire

« Le Salon de Fully » : un pont entre générations

Dans un réseau social dissocié la méfiance et l’individualisme croissent sans obstacle. C’est humain : nous avons trop souvent peur de ce que nous ne connaissons pas. A contrario, une politique intergénérationnelle forte favorise la communication et renforce les liens, ce qui conduit naturellement à la confiance sociale et la solidarité. De plus, cela participe aussi au capital économique de la société.

La structure sociale à Fully est très sectorisée : Les jeunes ont leur place du Petit Pont, les seniors leur club des ainés, les tout-petits leur crèche, les 30-50 ans leur Belle Usine, les personnes seules leur petit coin à l’écart… Mais comment réunir toutes ces micro-sociétés ? Un pont peut-être ?

Concrètement, notre pont serait un lieu de rencontre structuré comme une fanfare. Dans le local de répétitions, « Le Salon de Fully », on trouvera naturellement toutes les générations et tous les niveaux de compétences : de la vétérane au nouveau, de l’expérimenté à la novice, de la directrice au porte-drapeau et du souffleur à la percussionniste. Chaque registre – chaque micro-société – jouera sa partie dans le but de réaliser une œuvre commune, la pièce maîtresse du concert : la communication intergénérationnelle. Et comme dans tout local de répétitions, un endroit sera dédié au bar des « 5 minutes ». Il sera public et ouvert à toutes et tous.

En bref, « le Salon de Fully », lieu de savoir-faire et de partage, favorisera la communication entre les fullieraines et fullierains pour développer la confiance sociale, la solidarité et l’appartenance au groupe.

Ainsi, nous pouvons miser sur un développement harmonieux de notre commune, un Fully intégratif, ouvert et propice aux liens sociaux.

***

Brigitte Seydoux (1958) et Adrien Pinho (2001)

Publié dans Elections | Tagué | Laisser un commentaire